Texte de Denys-Louis Coulaux

ANNE-MARIE CUTOLO

Quelques papiers encore – Décrépitude, misère et agonie

Il ne faut pas, dans mon esprit, faire abstraction de ce qui en soi joue et hèle la mort, de ce qui en soi calmement ou terriblement établit son règne. Moins encore de ce qui, autour de soi, dans l’autre, pose les fers de la mort. Là, j’ai un coup de coeur pour une suite d’Anne-Marie Cutolo, une suite qu’elle a négligemment appelée « Quelques papiers encore ». Depuis longtemps déjà, je suis sensible à l’art sombre et terrible de la peintre française. Ici, j’ai cédé devant ces …

lire la suite