les peintres de l’agonie

Ils sont apparus il y a une dizaine d’années en France, dans la lignée des expressionnistes historiques du début du XXe siècle, des artistes de l’Ecole de Londres, Bacon en particulier, à la suite de plus anciens, tels Rustin, Music, Nitkovsky. Certains ont rencontré le succès, d’autres créent dans les antichambres de la notoriété ou dans l’incognito. Ils sont nombreux, hommes et femmes, soutenus par de jeunes galeries d’art et de nouvelles revues. Ils sont surtout peintres et sculpteurs, parfois performers, parfois installationnistes, mais de toute façon s’en réfèrent à la tradition. Pourquoi s’intéresser à des peintres à l’heure de l’Art conceptuel et multimédia ? Pourquoi ces artistes-là, sombres, violents ? Parce que les plus ardents, les plus authentiques proposent un sens à travers les médiums traditionnels de la peinture et de la sculpture. Parce qu’ils jettent leur existence sur la toile, ses failles, son questionnement, et ses corps de chair et de peinture. Un essayiste devait sans tarder se pencher sur cette mouvance qui n’a pas encore de nom, si particulière à la France jusqu’ici rebelle à l’expressionnisme malgré Van Gogh, Gauguin, Rouault, Soutine, Fautrier, Music, Vlaeminck. Et tenter de comprendre ces artistes tragiques dans une époque et une société d’aujourd’hui, apparemment opulente et optimiste.

la défiguration

la défiguration

Tenter l’approche du visage plus vrai que le visage d’apparence.
Où est-ce ce visage en deçà de soi qui advient comme miroir ?

Ou est-ce l’autre de soi, perçu
par autre chose que l’œil ?
Senti par le noir du corps, mis au monde par la caverne du cerveau, dans la grotte du ventre, boue des humeurs, du sang, veines, nerfs et muscles enchevêtrés
qui se mettent à penser ?
Si, d’aventure, le visage se décompose
sur la toile, il se recompose dans l’œil
de celui qui le regarde, regagne sa dignité. Et en retour, qu’est donc cette matière
qui nous rend un regard ?
Une photo capte la peau – la peinture
la troue.
Le visage de peinture n’a pas d’identité
– ou les a toutes, défiguré, le visage
est celui de tous.
De quelle glaise demandent-ils à sortir ? Visage comme trou béant dans notre désir.

azart

Azart

« Véritable expression des profondeurs, la peinture d’Anne-marie Cutolo fait surgir des ténèbres des individus hagards. Ils nous renvoient à cette vérité terrible que nous tentons de cacher dans les profondeurs de nos âmes : sans l’espérance, la mort est effroyable. Un travail rare, solitaire, exigeant… »

AZART n° 30 Janvier – Février 2008

galerie le clos des cimaises

Exposition à la galerie le clos des cimaises

clos des cimaises

Exposition de Anne Marie Cutolo au clos des cimaises, espace dédié à l’art contemporain et plus spécialement à l’expressionnisme. Lieu unique d’exposition à 30 minutes de La Rochelle « Chez Cutolo, les corps nus sont écorchés, les chairs déchirées. La blessure est intime. La détresse à fleur de peau, physique et brutale. Au paroxysme de la douleur, le sang circule, les nerfs et les tissus palpitent. Obscénité des ventres qui livrent leurs entrailles, des membres mutilés. Abandon au tourment, violence du désespoir. Mais aussi tendresse et compassion. Vertige libérateur enfin, comme au bord d’un ravin qui s’ouvre à la vie secrète, bouillonnante et désordonnée.